Le choix du bois

Le choix du bois pour construire une fuste est primordial car sinon les galères sont en perspective pour le fustier s’il prend le premier branchage qui traine au sol!!!

En effet on s’orientera sur des résineux plutôt que des feuillus qui eux au séchage se rétractent un peu plus fort et pour lesquels la flexibilité et la densité est différente. Des fustes existent en chêne mais ce n’est pas une bonne option pour l’ajustement à court et long terme.

On préfère utiliser trois essences pour les constructions en rondins bruts qui sont le Douglas(pin d’Oregon) , le Mélèze (beaucoup plus nerveux et demandant des années de pratique dans cette art) et l’épicéa un bois blanc avec un duramen presque absent (cœur du bois) contrairement au deux premiers qui possèdent un cœur rouge  qui le met en Catégorie 3 naturellement préservé des insectes xylophages.

Photo 4128                            Coeur rouge (duramen) bien visible au centre de l’entaille et l’Aubier en périphérie plus blanc. Le cambium protecteur se trouve en surface du fût après écorçage.

Photo 3790

Plus le duramen est important plus le bois est résistant aux attaques des insectes xylophages.

Dans la rubrique traiter où pas vous verrez  » mon avis  » sur la conduite à tenir…

En ce qui concerne le choix de la grume il faudra respecter quelques règles élémentaires sinon on se retrouvera avec des fûts impossibles à loger dans une maison.

Le plus important est de choisir des longueurs de grumes où la décroissance métrique moyenne n’est pas supérieur à 1cm, et dans l’idéal 0,5cm oui je dis bien un demi centimètre, afin de pouvoir croiser ce magnifique puzzle sans problèmes.

Par exemple sur une longueur de 5m de grumes si le gros bout fait 32cm et bien 5m plus loin sur le petit bout on devra se retrouver à 27cm , si on a 22cm  eh bien mettons  la grume pour faire des planches mais pas une fuste.

On travaille de préférence avec des arbres qui ont moins de 4% de vrille à droite en tentant de ne pas utiliser des vrilles à gauche.

Leur âge ne devra pas être inférieur à 40ans (trop jeune) et leur provenance surtout pas de lisières où ceux-ci ont trop de branches et de nœuds. Le top est de pouvoir choisir dans une 2ème , 3ème éclaircie forestière mais là il faut connaitre le bon forestier qui aura les bonnes infos….

On tient compte de l’épaisseur des cernes(privilégions des cernes très serrées) pour l’inertie totale de la maison, et  de la pousse de celles-ci. Du bois avec des cernes qui poussent à l’été sera plus fragile en portée sur gorges et entailles que celle qui poussent en hiver. De toute façon l’abattage se fait en hiver pour une fuste.

Bref tout cela semble peut- être compliqué mais tout bon fustier passionné saura respecter ces données avant d’attaquer la suite de l’œuvre. C’est son rôle de veiller à cet ensemble lui même se facilitera son travail sinon il se retrouvera coincé par la technique qui ne pardonne pas.

 

 

 

 

ARTISAN FUSTIER